Méthodologie

  • l'analyse et le stockage de données : GEOLAB et le LMGE disposent d'une grande diversité de données (différents types de marqueurs biotiques passés et actuels, et de paramètres abiotiques) permettant de retracer (en partie) la dynamique des écosystèmes considérés sur plusieurs années. Il est nécessaire d’analyser cette importante masse de données afin :
    1. d'extraire des valeurs agrégées afin de mieux appréhender les dynamiques écologiques des lacs considérés ;
    2. d'alimenter les modèles développés en paramètres d’entrée ;
  • la modélisation et le calcul intensif : les modèles développés ont pour objectif de simuler les dynamiques passées et futures. Les dynamiques écologiques peuvent fonctionner sur des échelles de temps diverses et notamment emboîtées. Simuler les différentes dynamiques (ainsi que leur potentielle interaction) sur plusieurs milliers d’années nécessite des moyens informatiques importants (calcul intensif). L’objectif est de tester différentes hypothèses de modélisation (basées sur les données) afin d’améliorer notre compréhension de la dynamique de la biodiversité, en se centrant sur deux écosystèmes sur lesquels les données sont abondantes : les lacs d’Aydat et Pavin. En outre, la dynamique des objets (espèces ou/et écosystèmes) visés pourra être étudiée à l'aide d'une approche classique de différenciation entre populations et à l'aide d'une approche de reconstruction de réseaux. En effet, des méthodes d’analyse et de reconstruction de réseaux ont été élaborées au LIMOS à l’aide de réseaux de pétri prenant en compte la dimension temporelle (Durzinsky et al., 2011, 2013. Journal of Theoretical Comuter Science & Journal of Mathematical Biology) et de règles d’association (Agier et al., 2007. Fundam. Inform.). Ces méthodes seront une source pour proposer de nouveaux modèles d’étude de la dynamique écologique temporelle des espèces et écosystèmes étudiés (LISC). Une étude comparative des méthodes mises en oeuvre sera également envisagée. Une plateforme Web ouverte et libre d’accès sera développée pour permettre une interaction avec la communauté scientifique.

 

Comments are closed.